Navigation – Plan du site
Recensions

Svetlana Alexeevna Kirillina, Očarovannye stranniki. Arabo-osmanskij mir glazami rossijskikh palomnikov XVI-XVIII stoletij

Myriam d’Avezac-Odaysky
Référence(s) :

Svetlana Alexeevna Kirillina, Očarovannye stranniki. Arabo-osmanskij mir glazami rossijskikh palomnikov XVI-XVIII stoletij, éd. Ključ-S (Université Lomonosov, Institut des pays d’Asie et d’Afrique), Moscou, 2010, 562 p.

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire de l’Islam et du monde arabe, Svetlana Alexeevna Kirillina, dans Očarovannye stranniki. Arabo-osmanskij mir glazami rossijskikh palomnikov XVI-XVIII stoletij. (Voyageurs ensorcelés. Le monde arabo-ottoman vu par les pèlerins russes du XVIe au XVIIIe siècle), se penche sur les récits des pèlerins russes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles en Orient pour y étudier leur regard sur l’Empire ottoman dans sa diversité. Première expérience d’une recherche générale sur les khoždenija (récits de pèlerinage), en tant que sources historiques permettant de reconstituer la représentation qu’avaient les Russes de l’Empire ottoman et de ses habitants, ce livre s’adresse à la fois aux spécialistes de l’Orient et de l’histoire russe et aux lecteurs tout simplement intéressés par le pèlerinage russe, la culture et les religions au Proche-Orient. Le premier chapitre offre une présentation détaillée des voyageurs, de leur biographie et de leur itinéraire, avec un état des lieux complet sur les travaux de recherche les concernant. L’auteur ne manque pas de définir le genre littéraire des khoždenija et de retracer l’histoire de son évolution dans le temps. La deuxième partie, intitulée « Difficultés subies en route », étudie l’infrastructure des pèlerinages et leur réglementation par les autorités ottomanes, ainsi que les dangers constitués par l’homme (pirates et brigands), et par l’élément naturel. Après un troisième chapitre présentant le monde végétal tel qu’il est décrit par les pèlerins, le quatrième se consacre à la description des animaux sauvages ou domestiques. « Mirages du passé, images du présent » relève les reliques et objets considérés comme sacrés que les pèlerins rapportaient chez eux, mais aussi l’attention portée aux monuments non chrétiens suscitant leur curiosité. « Les nôtres, les autres, les étrangers », révèle l’attitude ambivalente du pèlerin envers les populations locales, l’image stéréotypée de l’autre oriental, et l’opposition traditionnelle entre nous et les autres. Le sixième chapitre montre l’extraordinaire source d’information que constituent les récits de pèlerinages sur les modes de vie rencontrés au Moyen-Orient, dans les domaines social, culturel et économique. Enfin, une dernière partie consacrée à la perception de l’Islam par les pèlerins russes montre qu’en dépit de leur attitude généralement peu ouverte, on voit apparaître chez les plus curieux d’entre eux l’émergence de la notion de tolérance religieuse. Une abondante bibliographie mais également un dictionnaire des termes liés au monde proche-oriental, un index des noms propres, un index des noms géographiques et topographiques et un cahier d’illustrations viennent enrichir cet ouvrage de 562 pages. C’est donc un travail considérable que nous laisse Svetlana Kirillina, qui manifeste une excellente connaissance des récits de pèlerinages comme de l’actualité de la recherche sur le sujet. Élevés au rang de source historique, ces écrits apparaissent comme un témoignage unique de la représentation qu’avaient les Russes de l’Orient et du rôle joué par les écrivains-pèlerins dans le rapprochement entre la Russie et cette partie du monde. Kirillina a choisi de se limiter aux auteurs du XVIe au XVIIIe siècle, car elle s’intéresse essentiellement au regard des Russes sur l’Empire Ottoman. Il serait intéressant toutefois de mener pareille étude sur les récits antérieurs au XVIe siècle, en commençant par celui deDaniel, abbé de Černigov, qui parcourut la Terre Sainte au XIe siècle et qui est traditionnellement considéré comme le fondateur du genre des récits de pèlerinage vieux-russes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam d’Avezac-Odaysky, « Svetlana Alexeevna Kirillina, Očarovannye stranniki. Arabo-osmanskij mir glazami rossijskikh palomnikov XVI-XVIII stoletij  », Slavica bruxellensia [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 16 octobre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://slavica.revues.org/864

Haut de page

Auteur

Myriam d’Avezac-Odaysky

Université ParisIV-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org