Navigation – Plan du site
Recensions

Sophie Ollivier, Paoustovski, l’homme du dégel

Nicolas Litvine
p. 105-106
Référence(s) :

Sophie Ollivier, Paoustovski, l’homme du dégel, L’Harmattan, Paris, 2008, 280 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

dégel, glasnost

Lieux :

Russie

Temps :

communisme
Haut de page

Texte intégral

1L’écrivain russe Konstantin Georgievič Paustovskij, né en 1892 et mort en 1968, est aujourd’hui, après avoir vu un certain nombre de ses œuvres publiées en français dans les années 1960 et 1970, largement méconnu.

2En mettant à l’honneur cet artiste dans une monographie de quelques 280 pages (comprenant, outre le texte, un certain nombre de photographies illustrant la vie et la carrière de l’écrivain), Sophie Ollivier entend donc combler un vide regrettable dans l'étude de la littérature russe moderne. Au fil des pages, elle passe en revue la vie et surtout l’œuvre de Paustovskij selon un plan alliant le chronologique et le thématique. La tentative en soi mérite l’intérêt en ce qu’elle rappelle l’œuvre d’un écrivain retombé dans l’oubli. Par contre, on regrettera un ton qui, tout en n’étant pas totalement dépourvu de sens critique, tend sans doute quelque peu à l’hagiographie. Ainsi, tout en étant convaincante lorsqu’elle évoque la rébellion et le courage de l’écrivain défendant à plusieurs reprises ses pairs injustement attaqués, l’auteure l’est moins dans d’autres passages où il semble que toute originalité dans l’œuvre de Paustovskij doit être interprétée comme une révolte, comme s’il était nécessaire que l’écrivain soit un opposant, un dissident avant la lettre pour mériter l’attention.

3De manière plus générale, le livre dégage l’impression d’un choix qui n’a pas pu ou pas voulu être fait entre une biographie littéraire et un livre strictement scientifique, tentant d’effectuer une narration et d’exprimer des émotions relevant de la première, sans s’affranchir du style plus neutre du second, et si la passion de l’auteure pour son sujet transparaît clairement dans le texte, la multitude des détails biographiques et intertextuels peut faire perdre le fil des idées.

4Cela dit, l’ouvrage garde la grande qualité d’être, à notre connaissance, la première étude francophone de cette ampleur consacrée à Paustovskij, et de remettre à l’honneur un de ces écrivains de l’époque soviétique qu’on a sans doute trop facilement tendance à enfermer dans une « parenthèse de l’histoire »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Litvine, « Sophie Ollivier, Paoustovski, l’homme du dégel », Slavica bruxellensia, 3 | -1, 105-106.

Référence électronique

Nicolas Litvine, « Sophie Ollivier, Paoustovski, l’homme du dégel », Slavica bruxellensia [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://slavica.revues.org/711

Haut de page

Auteur

Nicolas Litvine

Étudiant à l’Université Libre de Bruxelles en Langues et Littératures modernes, orientation slaves

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org