Navigation – Plan du site
Recensions

L’Âge d’or du théâtre polonais de Mickiewicz à Wyspiański, Grotowski, Kantor, Lupa, Warlikowski… (sous la direction de Grudzińska A. et Masłowski M.)

Cécile Bocianowski
Référence(s) :

L’Âge d’or du théâtre polonais de Mickiewicz à Wyspiański, Grotowski, Kantor, Lupa, Warlikowski… (sous la direction de Grudzińska A. et Masłowski M.), Paris, Éditions de l’Amandier, 2009, 452 p.

Texte intégral

1L’Âge d’or du théâtre polonais recueille les actes du colloque organisé par le Centre de recherche sur les cultures et littérature d’Europe Centrale, Orientale et Balkanique de l’Université de la Sorbonne-Paris IV qui a eu lieu en octobre 2006 à Paris. Ce colloque a réuni des spécialistes de France, d’Italie, de Pologne et de Slovaquie autour de la question de la ritualité dans le théâtre polonais. Les vingt-quatre auteurs réunis confèrent à l’ouvrage, par la diversité de leurs fonctions respectives (scientifiques exerçant à l’université, dans des centres de recherche théâtrale, directeurs de théâtres, d’instituts théâtraux ou culturels, critiques littéraires, écrivains, enseignant et doctorant), une diversité de voix que les codirecteurs et organisateurs du colloque Agnieszka Grudzińska et Michel Masłowski, respectivement maître de conférence et professeur à Paris IV, ont choisi de répartir en sept parties.

2Les première et deuxième parties sont dédiées à la mise en place du cadre théorique à partir duquel est étudiée la question du rituel dans le théâtre polonais ainsi qu’à son ancrage dans la tradition romantique. Suivent deux « constellations » consacrées aux recherches rituelles les plus importantes du théâtre polonais, l’une à celles de Grotowski, la seconde à celles de Kantor, auxquelles s’ajoute une partie présentant diverses recherches rituelles moins connues, du théâtre yiddish aux réalisations de Gardzienice. L’ouvrage suit le fil chronologique suggéré par le titre et finit son panorama par le théâtre contemporain avec la constellation Lupa et les « Nouveaux brutalistes ». Il se clôt enfin sur trois témoignages français sur le théâtre rituel polonais.  

3Dès l’avant-propos, Michel Masłowski souligne la volonté de mieux faire connaître le théâtre polonais en France. C’est là une mission accomplie par cet ouvrage qui, par la perspective chronologique et thématique adoptée, retrace les liens et analyse l’évolution du (des) théâtre(s) polonais, comblant ainsi les lacunes du public francophone dont seuls le théâtre romantique de Mickiewicz, l’avant-garde théâtrale des années soixante et les metteurs en scène contemporains présents aujourd’hui sur les scènes francophones sont le plus souvent connus. Une riche iconographie vient compléter les contributions de photographies des mises en scène polonaises les plus importantes du XXe siècle. L’ouvrage permet non seulement de découvrir des metteurs en scène et auteurs méconnus, mais aussi de situer le travail des metteurs en scène connus par rapport aux autres productions et recherches théâtrales polonaises, que ces recherches les inspirent ou au contraire les mènent sur d’autres voies.

4Car c’est la singularité de l’axe adopté par l’ouvrage : c’est à l’aune de la tradition romantique et de la ritualité parareligieuse de la fête des Morts apparue notamment dans l’œuvre de Mickiewicz que sont considérées les productions et recherches théâtrales polonaises des deux derniers siècles, qu’elles s’en inspirent ou s’y opposent, la révolte étant considérée comme une sorte de continuation. En faisant de Dziady (Les Aïeux) de Mickiewicz le texte fondateur qui a influencé la production théâtrale jusqu’à nos jours et de fait l’œuvre qui a marqué le début de cet Âge d’or du théâtre polonais, l’ouvrage s’inscrit dans les recherches les plus récentes des théâtrologues polonais. Pour Leszek Kolankiewicz comme Zbigniew Osiński,  Les Aïeux constituent la matrice et la pépinière de la tradition théâtrale proprement polonaise, en tant qu’œuvre réunissant la tradition dramatique rituelle et des éléments de la culture dramatique moderne. L’« Âge d’or » du titre qui peut intriguer le lecteur à première vue se justifie ainsi par cette double caractéristique que les auteurs s’attachent à souligner dans les productions et recherches ultérieures, celle d’un théâtre s’appuyant sur la tradition théâtrale polonaise pour engager une réflexion sur lui-même et sur la réalité qui l’entoure.

5La réflexion sur la ritualité dans le théâtre polonais n’avait pas fait l’objet d’une étude si approfondie et menée par des spécialistes venant de tant d’horizons différents. La diversité de tons comme d’approches ainsi que la présentation sous forme d’articles permet au lecteur d’explorer aisément cette prolifique production théâtrale et de saisir la singularité du théâtre polonais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Bocianowski, « L’Âge d’or du théâtre polonais de Mickiewicz à Wyspiański, Grotowski, Kantor, Lupa, Warlikowski… (sous la direction de Grudzińska A. et Masłowski M.) », Slavica bruxellensia [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://slavica.revues.org/640

Haut de page

Auteur

Cécile Bocianowski

Doctorante en littérature comparée à l’Université de la Sorbonne-Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org