Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Tempus fugit ! Difficile d’y croire mais voilà : le temps a fait une boucle et un an précisément s’est écoulé depuis la mise en ligne de notre premier numéro de « Slavica Bruxellensia ». Je profite de cette occasion, d’autant plus que l’Université Libre de Bruxelles fête son 175e anniversaire, pour remercier tous nos lecteurs qui nous témoignent leur vif intérêt et toute leur sympathie. Merci beaucoup aux auteurs et aux traducteurs qui collaborent avec notre périodique et tout particulièrement et très chaleureusement à toute l’équipe de la rédaction.

2Pour ce premier anniversaire, nous vous proposons un numéro qui honore les liens culturels entre la Belgique et l’univers slave. La littérature belge francophone (sans parler de la peinture, la musique, la danse, le cinéma, l’artisanat et la bande dessinée) se fait connaître dans le monde littéraire slave déjà à partir du XIXe siècle, tant en langue française que par le biais de la traduction. Depuis lors, sa place est incontestable dans le canon slave des lectures européennes obligatoires. Émile Verhaeren, Georges Rodenbach, Michel de Ghelderode, Marguerite Yourcenar, Georges Simenon, Hugo Claus, Amélie Nothomb et tant d’autres en font partie.

3Quant à l’histoire belge et au monde slave… il y a entre eux plus de similitudes qu’il n’y paraît au premier regard. L’important est que ce petit pays, à l’histoire mouvementée, riche de ses contradictions et de ses habitants, pays accueillant, ouvert et tolérant, semble apprécier depuis des siècles l’amalgame de ce qui est propre aux trois groupes linguistiques slaves de l’est, de l’ouest et du sud.

4Ainsi, dans ce numéro nous vous proposons de découvrir des personnalités, des auteurs qui ont fortement marqué ces liens et ce, toutes époques confondues : Maurice Materlinck, Michel de Ghelderode, Zenon Przesmycki, Stanisław Brzozowski, Stanisław Przybyszewski, Alain Van Crugten, Agnieszka Kuciak, David Scheinert, tous ont créé leur propre univers, tous ont profité des richesses d’un croisement des cultures belge et slaves, tous sont parvenus à agencer dans un style unique, la multitude des langages et à faire résonner la belle polyphonie des voix littéraires.

5Ces auteurs aident aussi à redécouvrir la pensée insoumise, révoltée, originale et constructive. Pas de doute sur l’existence de ce que l’on appelle « l’âme slave »depuis que le concept « slave - (non)esclave »a fait son chemin, elle est bel et bien enracinée dans la littérature. Quant à l’âme belge, nous ne doutons pas de son caractère tout aussi insaisissable et… indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorota Walczak, « Edito #4 », Slavica bruxellensia, 4 | -1, 4.

Référence électronique

Dorota Walczak, « Edito #4 », Slavica bruxellensia [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://slavica.revues.org/277

Haut de page

Auteur

Dorota Walczak

Responsable de la Chaire de Polonais, section de Langues et Littératures modernes, option Slaves, de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique) ; Rédactrice en chef de « Slavica Bruxellensia »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org