Navigation – Plan du site
Recensions

François Le Guévellou, L'ésotérisme et les sciences occultes en Russie. Aperçu historique et lexiques.

Olivier Santamaria
p. 103-104
Référence(s) :

François Le Guévellou, L'ésotérisme et les sciences occultes en Russie. Aperçu historique et lexiques, Éditions Le Manuscrit (éditions en ligne), 2007, 131 p.

Entrées d’index

Lieux :

Russie
Haut de page

Texte intégral

1Professeur de linguistique russe à l'INALCO, François Le Guévellou s'est fait connaître du public spécialisé par la rédaction de dictionnaires français-russe / russe-français présentant des lexiques quelque peu originaux (Dictionnaire des gros mots russes ; Dictionnaire russe-français des noms d’animaux et de plantes ; Les termes de couleurs en français et en russe. Etude contrastive et lexiques ; Dictionnaire des onomatopées et interjections russes), souvent accompagnés de savantes études introductives ainsi que de commentaires linguistiques et encyclopédiques.

2Le présent volume est remarquable à plusieurs égards. Avant tout, il est, à notre connaissance, le premier ouvrage à explorer ce lexique particulier qu’est celui de l’ésotérisme, de l’occultisme et des sociétés initiatiques en Russie. Ensuite, le vocabulaire conceptuel ou technique de l’ésotérisme est accompagné de la translittération des noms de personnages ou d’auteurs ayant joué un rôle significatif dans l’histoire de courants apparentés (avec la traduction des titres de leurs principaux ouvrages). Cet usage offre un avantage pratique évident pour la recherche, ainsi qu’une bonne possibilité de se familiariser avec la culture littéraire ésotérique et occultiste russe. Enfin, les quelque vingt et une pages d'introduction permettent à l’auteur de clarifier ce qu’il entend par « ésotérisme », « arts occultes » ou « sciences secrètes », et d’en brosser un aperçu historique assez convaincant. Il y explore la Russie « païenne » (les esprits, les génies, les vampires, mais aussi les mancies, les magiciens et guérisseurs), la Russie « hérétique » (avec ses « vieux-croyants », ses « douhobors », « hlysty », « skoptsy » et autres sectes ou mouvements religieux dissidents) et enfin la Russie « occultiste et ésotérique » (avec tout le vocabulaire lié aux Rose-Croix, Franc-Maçons et Martinistes : magie, théurgie, médiumnisme, théosophie, illuminisme, jusqu’aux mouvements néo-païens ou néo-spiritualistes sans attaches traditionnelles). Comme le dit l’auteur, son lexique « se trouve ainsi à la croisée de diverses disciplines : ethnographie, folklore, mythographie, histoire des religions, histoire des mentalités, philosophie ». Sans prendre en compte le vocabulaire technique de la religion orthodoxe stricto sensu, son « fil rouge » demeure néanmoins le lexique du « rapport au sacré, au surnaturel, à l’invisible, et qui est l’une des composantes essentielles de “l’âme russe” ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Santamaria, « François Le Guévellou, L'ésotérisme et les sciences occultes en Russie. Aperçu historique et lexiques. », Slavica bruxellensia, 3 | -1, 103-104.

Référence électronique

Olivier Santamaria, « François Le Guévellou, L'ésotérisme et les sciences occultes en Russie. Aperçu historique et lexiques. », Slavica bruxellensia [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://slavica.revues.org/214

Haut de page

Auteur

Olivier Santamaria

Doctorant à l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), aspirant FNRS ; membre du Centre interdisciplinaire d'étude des religions et de la laïcité (CIERL) de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org