Navigation – Plan du site
Recensions

Mistrz ceremonii: Marian Pankowski – od filologii do rytuału et Lekcje mistrzowskie: artykuły brukselskie o literaturze de Tomasz Chomiszczak

Anna Jaworska
Référence(s) :

Chomiszczak T., Mistrz ceremonii: Marian Pankowski – od filologii do rytuału, Miejska Biblioteka Publiczna, Sanok, 2014

Lekcje mistrzowskie: artykuły brukselskie o literaturze, traduit par Tomasz Chomiszczak, Miejska Biblioteka Publiczna, Sanok, 2014

Texte intégral

1Le premier des deux ouvrages, écrit par Tomasz Chomiszczak et publié en 2014 par la Bibliothèque Municipale Publique de Sanok comble un manque dans la recherche sur l’ensemble de la production de Marian Pankowski (1919-2011).

2Le livre se compose de deux parties étroitement liées à la question posée par le chercheur dans l’introduction : l’analyse attentive des textes scientifiques du professeur bruxellois peut-elle éclairer d’un nouveau jour son œuvre artistique ?

3La première partie, plus courte, intitulée « Philologie et littérature », débute par la présentation de la figure de Marian Pankowski, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, philologue, scientifique, mais aussi poète, romancier, dramaturge, intéressé par l’œuvre de Bolesław Leśmian, Julian Tuwim ou Michel de Ghelderode. Dans les pages suivantes, le lecteur découvre les étapes de l’activité artistique et scientifique de Marian Pankowski, le point culminant en étant les années 1960 et 1970.

4La partie intitulée « Littérature et rituel » est consacrée à l’analyse de l’œuvre artistique de Marian Pankowski. L’impressionnante richesse des éléments rituels, tribaux et des accessoires cérémoniaux et magiques est surprenante : le lecteur retrouve les motifs du miroir, du masque, de l’enfermement, du feu, de la roue comme figure parfaite, la métaphore du haut et du bas, de la lumière et des ténèbres, des costumes, de la symétrie ou de l’architecture sacrée, ainsi qu’une quantité d’antinomies. La sous-partie traitant de l’énorme poids des couleurs délibérément choisies par Pankowski et de la signification des nombres (notamment du chiffre trois, lié au numéro 46333 que Marian Pankowski a obtenu à Auschwitz) est particulièrement intéressante.

5Tomasz Chomiszczak démontre de façon convaincante que ce qui compte dans l’œuvre de Marian Pankowski n’est pas seulement ce qui est écrit, mais aussi la façon dont l’auteur l’a écrit. La magie et le rituel sont en effet indissociablement liés au mot. C’est justement ce dernier qui, grâce à la fonction causale de certains énoncés, a le pouvoir de changer la réalité.

6La langue « rustique », rythmée, pleine de dualismes sensibles et spirituels se répétant comme un refrain de mots ou de phrases, correspond parfaitement aux motifs mentionnés plus haut et aux accessoires associés aux cérémonies et aux rituels dans le sens large du mot.

7Les considérations du chercheur ne manquent pas de références intertextuelles précieuses à d’autres œuvres littéraires, notamment à celles de Witold Gombrowicz, de Stanisław Wyspiański ou de William Shakespeare. L’auteur évoque également à plusieurs reprises les propos de Pankowski tirés d’interviews, ce qui permet non seulement de varier le ton de la narration, mais esquisse aussi une nouvelle image de Marian Pankowski.

8L’ouvrage fait référence à un grand nombre de publications tant en langue polonaise qu’en langue française, consacrées à l’œuvre de Marian Pankowski. La bibliographie tout comme la liste des mémoires écrits par les étudiants de l’ULB sous la direction de l’auteur est un autre atout de ce livre.

9Il ne faut cependant pas oublier que Le Maître de cérémonie n’aurait pas la même résonnance sans une seconde publication importante et parue simultanément, intitulée Lekcje mistrzowskie (Les leçons de maître), comprenant un choix d’articles scientifiques de Marian Pankowski écrits à Bruxelles, qui étaient jusque-là inédits et dont nous devons la traduction à Tomasz Chomiszczak. Le recueil d’article s’ouvre sur des textes académiques initiant le lecteur francophone à l’univers de la littérature polonaise. Soulignons la qualité du travail du traducteur qui a su non seulement conserver la forme des éditions originales, mais aussi transposer l’intraduisible dimension française des textes.

10Ajoutons enfin que le lecteur a la forte sensation que les textes s’appuient sur la dominante du chiffre deux. Les couvertures même des deux ouvrages sont porteuses de signification, puisque, posées l’une près de l’autre, elles se complètent tel un reflet dans le miroir. On peut les disposer de deux façons différentes : à chaque fois apparaît une ellipse avec les initiales MP. Cette disposition rend avec justesse la circularité rituelle, la répétition. Les deux couleurs des couvertures, le bleu et le vert, peuvent symboliser deux éléments alchimiques. C’est ainsi que les textes de Marian Pankowski demeurent suspendus entre le ciel et la terre, entre le sacrum et le profanum, entre le ici et le là-bas littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Jaworska, « Mistrz ceremonii: Marian Pankowski – od filologii do rytuału et Lekcje mistrzowskie: artykuły brukselskie o literaturze de Tomasz Chomiszczak », Slavica bruxellensia [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://slavica.revues.org/1810

Haut de page

Auteur

Anna Jaworska

Université de Varsovie/Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org