Navigation – Plan du site
Recensions

Drugi pored mene. Antologija priča i eseja pisaca Jugoistočne Evrope (anthologie éditée par Ričard Švarc)

Pieter Troch
p. 72-73
Référence(s) :

Drugi pored mene. Antologija priča i eseja pisaca Jugoistočne Evrope (anthologie éditée par Ričard Švarc), Samizdat B92, Beograd, 2007, 278 p.

Texte intégral

1L’anthologie Drugi pored mene… (L’Autre à côté de moi. Anthologie de nouvelles et d’essais d’écrivains de l’Europe du sud-est) comprend vingt et une nouvelles et essais écrits par des auteurs contemporains serbes (David Albahari, Vladimir Arsenijević, László Végel, Charles Simic, Biljana Srbljanović, Dragan Velikić), kosovars (Beqë Cufaj), croates (Slavenka Drakulić, Bora Ćosić, Miljenko Jergović, Irena Vrkljan), bulgares (Dimitré Dinev, Vladimir Zarev), bosniaques (Aleksandar Hemon, Saša Stanišić, Nenad Veličković), slovènes (Drago Jančar, Maruša Krese), macédoniens (Luan Starova) et albanais (Ismaïl Kadaré, Fatos Fongoli). L’éditeur de cette anthologie a bien compris que la catégorisation nationale ne se justifiait pas, car les auteurs sélectionnés ont pour la plupart quitté leur pays d’origine ou appartiennent à une minorité à l’intérieur du pays mentionné. Du reste, certains d’entre eux n’écrivent plus dans leur langue maternelle. Cette anthologie a été publiée parallèlement en allemand (sous le titre Der andere nebenan, eine Anthologie aus dem Sudösten Europas, S. Fischer Verlag GmbH, Frankfurt am Main, 2007, 352 p.) et dans les langues des pays cités ci-dessus, elle présente une coopération culturelle unique dans l’espace du sud-est européen. Le lecteur remarquera l’absence d’écrivains grec, roumain ou turc dans cette anthologie consacrée aux auteurs balkaniques. Le rédacteur justifie son choix en arguant qu’une anthologie doit avoir des limites et qu’il jugeait raisonnable de limiter l’ensemble aux pays de l’ex-Yougoslavie, à la Bulgarie et à l’Albanie. Je pense toutefois que le recueil aurait été plus pertinent si des nouvelles grecques, roumaines ou turques avaient été incorporées à l’ensemble. Ceci constitue mon seul bémol à propos de Drugi pored mene. En lisant Der andere nebenan, le lecteur allemand (et plus largement le lecteur de « l’Ouest ») découvrira vingt et un écrivains des Balkans, une région dont malheureusement l’image la plus représentative reste celle de la guerre. Cette anthologie prouve surtout qu’il existe une littérature balkanique contemporaine et qu’elle mérite d’être reconnue. Elle permet également au lecteur balkanique, de découvrir, voire de redécouvrir, des auteurs issus des pays voisins, car après la guerre, la littérature des pays de l’ex-Yougoslavie a été re-délimitée en fonction des nouvelles frontières. Il est rare par exemple qu’un écrivain croate contemporain soit connu du grand public serbe, et inversement. En ce sens, cette anthologie constitue un rare effort de réconciliation et de redécouverte culturelle dans les Balkans.

2Pourtant, cette anthologie ne se limite pas à une (re)découverte littéraire, elle compile des opinions littéraires sur des thèmes actuels dans les Balkans. En effet, l’ouvrage présente vingt et une réponses à la question posée par Švarc dans son épilogue : pourquoi tant de méfiance dans les Balkans entre les différentes communautés ethniques, religieuses et régionales ? Pourquoi l’Autre est-il devenu notamment dans les Balkans un concept si compliqué ? Les écrivains ont proposé différentes réponses littéraires, des histoires, des réflexions intimes, personnelles, sur l’Autre. La majorité a utilisé des fragments autobiographiques, l’histoire de ses pérégrinations ou de celles de sa famille. D’autres encore ont traité le sujet par le biais des histoires fictives. Certains ont rédigé des essais sur le thème de l’Autre. N’attendez pas ici de grandes théories politiques, mais bien des réflexions littéraires sur un thème central dans l’Histoire et si présent dans la réalité des Balkans. Ce qui ne manquera pas de frapper le lecteur, c’est la ressemblance entre toutes les impressions liées à l’Autre. Ainsi, en traitant la fixation des frontières, des pays, des nations, etc. comme un sujet commun à tous les Balkans, cette anthologie s’impose comme un effort pour surmonter l’étroitesse qui caractérise si bien les Balkans contemporains, notamment sur le plan culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pieter Troch, « Drugi pored mene. Antologija priča i eseja pisaca Jugoistočne Evrope (anthologie éditée par Ričard Švarc) », Slavica bruxellensia, 2 | -1, 72-73.

Référence électronique

Pieter Troch, « Drugi pored mene. Antologija priča i eseja pisaca Jugoistočne Evrope (anthologie éditée par Ričard Švarc) », Slavica bruxellensia [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 15 février 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://slavica.revues.org/179

Haut de page

Auteur

Pieter Troch

Doctorant, Université de Gand (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org