Navigation – Plan du site
Recensions

Elżbieta Z. Wichrowska, Twoja Śmierć. Początki dziennika intymnego w Polsce na przełomie XVIII i XIX wieku (Ta Mort. Les débuts du journal intime en Pologne au tournant des XVIIIe et XIXe siècles)

Francesco Annicchiarico
Référence(s) :

Elżbieta Z. Wichrowska, Twoja Śmierć. Początki dziennika intymnego w Polsce na przełomie XVIII i XIX wieku, Spectrum Press, 2012.

Texte intégral

1Antoni Ostrowski, noble et général de l’armée polonaise, politicien engagé dans les terribles événements politiques du XIXe siècle, était aussi homme de lettres – homo scribens – qui s’est consacré à l’écriture de ses propres mémoires. Ses journaux intimes furent publiés à Paris en 1836. Dans Twoja Śmierć. Początki dziennika intymnego w Polsce na przełomie XVIII i XIX wieku (Ta Mort. Les débuts du journal intime en Pologne au tournant des XVIIIe et XIXe siècles), Elżbieta Z. Wichrowska, historienne de la littérature et de la culture polonaises, s’est intéressée à deux recueils d’Ostrowski encore inédits en Pologne, ainsi qu’à sa correspondance.

2Dans ce volume, l’auteure analyse les journaux écrits par Ostrowski pendant les guerres du XIXe siècle, et en particulier les lettres que il adressait à son épouse décédée. Celles-ci composent deux œuvres différentes éditées in extenso dans l’ouvrage de Wichrowska : Życie najlepszej żony opisane przez czułego jej małżonka dla kochanych dzieci (Vie de la meilleure des femmes décrite par son tendre époux à l’attention de leurs chers enfants), recueil de textes qui évoque la perte prématurée de Józefa Ostrowska, épouse de l’auteur, et Dziennik moich uczuciów, czyli elegia serca (Journal de mes sentiments, ou élégie de mon cœur), œuvre dans laquelle Ostrowski exprime ses sentiments les plus purs envers sa femme bien-aimée.

3Outre leur forte valeur historique qui réside dans la description de l’environnement politique et social de la Pologne du XIXe siècle, les mémoires d’Ostrowski sont présentés comme un journal occupant une position clef dans les lettres polonaises du XIXe siècle.

4Ces deux œuvres, précédées d’un appareil critique, constituent la seconde partie de l’ouvrage. La première partie est quant à elle tout d’abord consacrée à une mise au point critique sur le journal polonais au seuil du XIXe siècle, dans lequel l’auteure propose une éclairante typologie illustrée d’exemples. L’auteure se livre ensuite à une analyse de la biographie épistolaire et de la correspondance intime par le biais des œuvres d’Ostrowski. Par sa lecture questionnant la langue de ces textes, leur style et les conventions du journal en Pologne et par l’analyse de ses principales thématiques, Wichrowska offre un nouveau point de vue replaçant la littérature des mémoires dans une nouvelle perspective au sein de l’histoire des lettres polonaises : en examinant les relations entre la pratique de l’écriture personnelle et les autres formes littéraires. La langue d’Ostrowski, en tant que moyen d’expression des sentiments et donc langage intime entre l’auteur et son épouse, avec Dieu, sa patrie, ses enfants, mais encore plus avec sa propre personne, constitue aux yeux de l’auteure le signe d’une évolution des rapports homme/femme et l’annonce d’un nouveau type d’écriture des mémoires.

5L’ouvrage est le fruit du travail méthodique de l’auteure qui s’est consacrée à déchiffrer les lettres autographes d’Ostrowski ainsi que ses manuscrits originaux : un travail méticuleux qui a non seulement le mérite de faire connaître des textes jusque-là inédits, mais aussi d’enrichir l’analyse du journal d’un point de vue très précis. Le livre a été conçu à partir d’un travail conséquent de recherches dans les archives de Pologne et d’Ukraine, travail qui a permis de faire découvrir des documents jamais encore utilisés dans la recherche, comme par exemple la correspondance qui date de la période de la Grande Diète et du Duché de Varsovie.

6L’édition est enrichie d’illustrations : reproductions de lettres et de textes originaux, tableaux présentant l’auteur et son épouse, et vues du palais dans lequel la famille demeurait. Enfin, l’ouvrage est doté d’un utile index des noms facilitant la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Annicchiarico, « Elżbieta Z. Wichrowska, Twoja Śmierć. Początki dziennika intymnego w Polsce na przełomie XVIII i XIX wieku (Ta Mort. Les débuts du journal intime en Pologne au tournant des XVIIIe et XIXe siècles) », Slavica bruxellensia [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://slavica.revues.org/1381

Haut de page

Auteur

Francesco Annicchiarico

Traducteur littéraire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org