Navigation – Plan du site
Recensions

Marta Skwara, Wśród Witkacoidów: w świecie tekstów, w świecie mitów (Parmi les Witkacoïdes : dans le monde des textes, dans le monde des mythes)

Anita Pacia
Référence(s) :

Marta Skwara, Wśród Witkacoidów: w świecie tekstów, w świecie mitów, Uniwersytet Wrocławski, Wrocław, 2012, 252 p.

Entrées d’index

Lieux :

Pologne
Haut de page

Texte intégral

1Stanisław Ignacy Witkiewicz – la présentation la plus courte de ce grand artiste pourrait se limiter à deux mots : un homme de la Renaissance. Mais une présentation si clichée serait sûrement mal placée dans un texte qui ne ferait que mentionner le nom de Witkacy. Il faut se méfier de toute catégorisation, que Witkacy même n’appréciait guère. Pourtant, pour suivre l’idée de la présentation, on peut essayer d’employer une petite ruse en constatant que Stanisław Ignacy Witkiewicz, à l’instar de l’homme de la Renaissance, a touché à tous les domaines intellectuels et artistiques du xxe siècle. Le génie avec lequel il est intervenu dans chacun de ces champs – la philosophie, la littérature, la peinture, le film, la photographie – a fait que la bibliographie sur cet artiste est particulièrement riche et multidisciplinaire. Sur ce forum d’idées, d’analyses et d’interprétations, nous voilà devant une nouvelle intervention au sujet de la perception et la classification des personnages des pièces de théâtre de Witkacy, appelés après Jan Błoński – Witkacoïdes. Intervention que nous devons à la voix d’un expert de Witkacy, le professeure à l’Université de Szczecin, Marta Skwara, laquelle prend régulièrement la parole sur la création artistique de Stanisław Ignacy Witkiewicz.

2Ce livre jette une nouvelle lumière sur la catégorisation des personnages dramatiques de Witkacy. Bien évidemment, l’auteure se base sur les catégories déjà instaurées par Tadeusz Boy-Żeleński, Karol Irzykowski, Konstanty Puzyna, Jan Kłossowicz et Michał Masłowski. Ce qui est novateur dans son approche, c’est que Marta Skwara analyse chacune de ces typologies, noue des liens entre elles, révèle les ressemblances et dissemblances, pour enfin créer « sa propre variante » mais en respect avec les anciennes. Elle propose une classification moins rigoureuse et stricte – Artistes, Titans, et Femme démoniaque – mais en spécifiant et en soulignant constamment que cette classification est une classification de types dont chacun comporte des « êtres particuliers » parmi lesquels il n’y en a pas deux identiques, des « types » avec ses sous-types, modifications, transformations et réapparitions qui restent tout de même loin d’être de simples répétitions. Marta Skwara crée un ouvrage immense, exhaustif et, avant toute autre chose, complexe. Elle nous met face à l’intégralité de la création dramatique de Witkacy et elle accomplit un travail extraordinaire en nous introduisant dans ce monde absurde et surréaliste mais, si l’on suit son guidage, dans lequel tout a une place bien définie. Les Witkacoïdes apparaissent chez Skwara dans la totalité de leur existence littéraire, dès leur apparition, à travers leurs transformations, disparitions, réapparitions, morts, résurrections, descendances chez leurs enfants et, qui plus est, tout cela toujours en corrélation avec « la vie » et le fonctionnement d’autres Witkacoïdes.

3L’auteure introduit le lecteur dans le monde dramatique de Witkacy égal, chez elle, à une toile tissée à base d’intertextualité – intérieure et extérieure, littéraire et interdisciplinaire. Il suffit de donner comme exemple l’évocation de la philosophie de Schopenhauer, la conception de l’homme de Nietzsche, les œuvres de Słowacki, Shakespeare, Conrad. Parce que Skwara établit non seulement une classification des Witkacoïdes, mais elle le fait également dans les contextes romantique, philosophique, pédagogique et, ce qui est nouveau, chronologique. Le travail est autant consacré à l’intertextualité « artistique » qu’à l’intertextualité « culturelle » - la présence des motifs mythologiques qui, tour à tour, ressortent dans les œuvres de Witkacy. Tout cela est accompagné d’une vaste réflexion sur le grotesque, son sens, son interprétation, sa place dans la création des Witkacoïdes, ainsi que de profondes remarques et observations qui concernent le personnage de Witkacy et, surtout, la tentative permanente de l’associer à un courant bien défini en le présentant comme moderniste, postmoderniste, dadaïste ou dandy. L’auteur de Wśród Witkacoidów essaye d’éviter d’attribuer à Witkacy une nouvelle étiquette en démontrant que c’est un auteur impossible à identifier à un seul courant, qui échappe à toute généralisation.

4La grande valeur de l’ouvrage de Marta Skwara repose sur le fait de ne pas se limiter à sa propre réflexion mais de toujours la confronter avec les avis des préopinants, et de plus, (cet effort est surtout important pour le lecteur) d’expliquer la position d’autres scientifiques avec lesquels, par la suite, elle tombe d’accord, elle entre en polémique ou même, en citant une idée intéressante mais pas suffisamment travaillée et en la développant. Il faut également ajouter que Skwara, comme elle le souligne elle-même dans le texte, ne s’attribue pas à elle seule le droit de interpréter mais là où c’est possible, elle cède la place à Witkacy qui peut se défendre avec ses propres paroles, d’où un grand nombre de citations dans le texte.

5 En somme, elle crée un texte exhaustif, un texte avec une structure interne extrêmement logique où aucune constatation n’apparaît sans cause ni conséquence et où la structure du « pourquoi » et du « parce que » fonctionne avec une grande minutie. Marta Skwara nous propose un vrai guide à travers un monde de personnages extraordinaires, exotiques et terrifiants dans leur comique et leur actualité. Cette actualité devient ici très importante car l’auteure consacre beaucoup d’attention à la position de Witkacy vis-à-vis des fondements de la civilisation, de la religion, de la condition de l’art et de l’homme à l’époque de la disparition de l’individualisme. Ainsi, à travers les citations de Witkacy et à travers ses propres observations, elle nous invite à nous poser les questions de savoir où nous allions à l’époque de Witkacy, où nous sommes arrivés et où nous allons maintenant.

6Finalement, il est impossible de nier le talent romanesque et le style pointu de Marta Skwara, qui fait que son ouvrage est aussi intéressant et accessible pour les connaisseurs de Witkacy que pour un laïque qui n’y connaît rien mais qui ne risque pas de se perdre dans son argumentation en suivant avec fascination la parade de types, sous-types et modifications de Witkacoïdes ; une parade préparée d’une façon si complexe, vaste, intéressante, pluridisciplinaire et pluridimensionnelle, qu’il a hâte de se faire sa propre opinion et juste après avoir tourné la dernière page de Wśród Witkacoidów, se rend à la bibliothèque ou la librairie la plus proche pour se procurer l’ensemble des pièces de Witkacy car aucune personne censée se contenterait d’une seule cerise en ayant le gâteau entier à la portée de sa main.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anita Pacia, « Marta Skwara, Wśród Witkacoidów: w świecie tekstów, w świecie mitów (Parmi les Witkacoïdes : dans le monde des textes, dans le monde des mythes) », Slavica bruxellensia [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://slavica.revues.org/1249

Haut de page

Auteur

Anita Pacia

Lectrice de langue polonaise, Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Slavica bruxellensia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles - ULB
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org