Navigation – Plan du site

Edito #8

Dorota Walczak

Texte intégral

1Depuis l’antique Athènes, « émigration » et « exil » constituent deux termes qui, par leur nature même, entrent en dialogue avec deux autres, tout aussi importants : la « démocratie » et la « citoyenneté ». Ainsi, l’histoire de l’humanité semble-t-elle aussi se partager entre deux pôles : les droits de l’homme d'une part et d'autre part l'atteinte permanente à cette évidence que l'on pourrait considérer comme la norme élémentaire de la vie de tout un chacun, le droit de vivre dans le pays de sa naissance dans le respect de la liberté et de la dignité personnelles. Or nos dictionnaires, nos ouvrages scientifiques, nos périodiques nous rapportent encore d’autres mots qui servent, en français, à définir le sort des hommes à travers les siècles, et dont le sens, les connotations et l’usage agrandissent le champ des interférences, rendant par là même plus ardu encore le débat autour de l’exil et de l’émigration (voire des exils et des émigrations) : par exemple, « migration », « expatriation », « expulsion », « déplacement », « bannissement », « pacification », « ostracisme », « réclusion », « internement », ou encore « refuge », « abandon » et « asile » ; et puis encore « censure » et « liberté d’expression », « émigration intérieure » ou « mutisme forcé ». Sans parler de la mythologie de l’exil et de son expression en confrontation obligée, ni du « choc » avec les récepteurs des différents niveaux, les allochtones, les « naturalisés », les confiants et les méfiants. La fuite du lieu honni ou la recherche de la terre promise, la fuite du lieu inamical ou la recherche du refuge continuent inexorablement, et l’être solitaire réfléchit à son geste. Et ça donne par exemple l'application exemplaire des souvenirs de Józef Czapski ou la désinvolture de ceux de Witold Gombrowicz. De lectures en relectures, les sens et les interprétations se multiplient, et avec eux les critiques.
Le thème de ce numéro est complexe ; il s'agit pour nous d'augmenter le nombre de ces sens et de ces interprétations dans le but de multiplier les exemples et de redonner toute son importance au vécu de l'individu isolé, de donner de la voix à celui-ci qui, dans le cadre du monde slave, est bien souvent invisible aux yeux de l’Occident. Le numéro que nous proposons a donc pour but d'entrouvrir le rideau tant réel qu'historique et imaginaire qui voile l'exil (les exils) et l’émigration (les émigrations). Libre donc au lecteur de tenter de reconstruire une image globale en ajoutant les pièces consacrées à Adam Zagajewski (Anna Czabanowska-Wróbel), Vladimir Tasić (Alexandre Prstojević), Paul Cazin (Danuta Knysz-Tomaszewska), Ivan Šmelёv (Svetlana Maire), Andrei Tarkovskij (Nicolas Planchart), les écrivains et imprimeurs romantiques polonais à Bruxelles (Idesbald Goddeeris) et les émigrés orthodoxes russes en France durant l'entre-deux-guerres (Vasileios Pnevmatikakis), mais également à Luba Jurgenson (avec laquelle se sont entretenus Petra James et Nicolas Litvine, nos nouveaux rédacteurs), Georgi Gospodinov et Miroslav Penkov (au sujet de qui Marie Vrinat-Nikolov signe une très belle excellensia) et Jurij Andruhovič (qui signe une nouvelle, traduite en français spécialement pour ce numéro par Olga Artyushkina et Anne Delizée).
À vous, Chers Lecteurs, de jouer avec vos capacités de « zoom » et de « grand-angle » pour observer ce thème toujours d’actualité. Je vous souhaite une excellente découverte de ce numéro !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorota Walczak, « Edito #8 », Slavica bruxellensia [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 05 juillet 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://slavica.revues.org/1199  ; DOI : 10.4000/slavica.1199

Haut de page

Auteur

Dorota Walczak

Responsable de la Chaire de Polonais, section de Langues et Littératures modernes, option Slaves, de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique) ; Rédactrice en chef de Slavica Bruxellensia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page